Archives de juillet, 2011

Welcome

Publié: 10 juillet 2011 dans Hard Rock

A présent, nous ne sommes plus un groupe médiocre avec une attitude, tout en étant musiciens moyens, mais un groupe d’excellents musiciens, très soudés, avec une fondation bien solide. (Slash)


Hard Rock

Publié: 10 juillet 2011 dans Hard Rock

Le hard rock est un genre de rock qui a pris ses racines au milieu des années 1960 dans le blues rock et le rock psychédélique. Il est caractérisé par une utilisation massive de guitares saturées (ou avec distorsion), de basses, et de batteries. Le son est souvent chaud et « crunchy », et les accords sont en général formées de power-chords avec une rythmique basée sur le rock and roll ou le blues.

Le terme hard rock est également utilisé à tort comme un terme générique pour désigner une multitude de genres comme le heavy metal, le punk rock et legrunge afin de les distinguer du pop rock.

Sommaire

Caractéristiques

Le hard rock est issu de plusieurs influences :

Le hard rock est en fait une évolution naturelle de la musique rock de l’époque tant par la technique que dans la sonorité. Il se caractérise par l’utilisation d’un trio de base constitué d’une guitare saturée, d’uneguitare basse et d’une batterie. On ajoute à cela une certaine agressivité, tout en restant proche des racines blues et rock.

Le son des guitares électriques utilisé dans le hard rock est dit « saturé ». Il s’agit d’un son très riche en harmoniques, et qui dégage une impression de puissance et d’agressivité. La saturation était obtenue à l’origine en mettant le gain de l’amplificateur plus fort que le volume, ce qui provoque un écrêtage du signal : le signal électrique ne peut dépasser une valeur maximale et est donc tronqué, ce qui provoque une distorsion du son.

Par ailleurs, Jimi Hendrix travaillait avec son ingénieur pour créer de nouveaux sons en modifiant l’électronique; ceci a donné naissance à des dispositifs électroniques permettant de modifier le son sans risquer d’endommager l’amplificateur.

Histoire

Origine (années 1960)

The Who en concert en 1975.

Comme il est dit, une des influences majeures du hard rock est la musique blues, particulièrement le blues britannique. Des groupes de rock britanniques, tel queCreamThe Rolling StonesThe BeatlesThe YardbirdsThe Who et The Kinks modifièrent le rock and roll, ajoutant un son puissant, des lourds riffs de guitare, une batterie imposante et des voix fortes. Ce nouveau son posa les bases du hard rock. Les premières formes de hard rock peuvent êtres entendues dans les chansonsRevolution et Helter Skelter des Beatles, You Really Got Me des Kinks, Happenings Ten Years Time Ago des Yardbirds et I Can See for Miles des Who.

Dans le même temps, Jimi Hendrix produisit une forme de blues influencée par le rock psychédélique, combinée avec des éléments de jazz et de rock and roll, créant un genre unique. Il fut l’un des premiers guitaristes à expérimenter des effets de guitare comme le phasing, le feedback et la distorsion, avec Dave Davies des Kinks, Pete Townshend des Who, Eric Clapton de Cream, et Jeff Beck des Yardbirds.

Le hard rock émergea avec des groupes britanniques de la fin des années 1960, tel que Led Zeppelin et Black Sabbath, qui mélangeaient la musique des premiers groupes de rock britanniques avec des formes dures de blues rock et d’acid rockDeep Purple fit aussi partie des groupes pionniers avec les albums Shades of Deep Purple (1968), The Book of Taliesyn (1968), et Deep Purple (1969). Le premier album éponyme (1969) de Led Zeppelin, et le Live at Leeds (1970) des Who, sont aussi des albums qui ont marqué les débuts du hard rock. Le groupe allemand Scorpions se fonde même avant, dès 1965, mais leur premier album ne verra le jour qu’en 1972.

Première ère (années 1970)

Led Zeppelin en concert à Chicago en 1975

En 1970, Black Sabbath sort ce qui est considéré comme le premier album de heavy metal. La musique de Black Sabbath révolutionna le rock par ses paroles sombres, ses riffs puissants et son atmosphère lourde. Cette nouvelle approche transforma le hard rock de l’époque en la première forme de heavy metal.

Le troisième et quatrième album de Led ZeppelinLed Zeppelin III (1970) et Led Zeppelin IV (1971) furent plus orienté folk rock que les précédents. Le quatrième contient la chanson Stairway to Heaven, souvent considéré comme épique et même comme un classique du genre et qui commence en acoustique pour progresser jusqu’à un hard rock énergique en près de 8 minutes1. Cette chanson est devenu la chanson tirée d’un album la plus joué par les radios2.

Avec l’album In Rock, Deep Purple radicalise le hard rock et se fait cette fois-ci supplanter par des inspirations classiques.Ce titre contient un autre morceau archetype du hard rock: Child in time. Le groupe continue avec Machine Head en 1972. Deux chansons de Machine Head ont un énorme succès: Highway Star(souvent considérée comme la première chanson de speed metal) et Smoke on the Water, dont le riff principal devint la signature de Deep Purple. Leur album liveMade in Japan paru en 1973, est vu par beaucoup, comme le meilleur album live de l’histoire du hard rock.

En 1972 et 1973, le pionnier du shock rock Alice Cooper connait le succès avec ses albums School’s Out et Billion Dollar Babies, qui rentreront dans le top 10 américain. Toujours en 1973, les groupes Aerosmith et Queen sortent leurs premiers albums éponymes, et démontrent une direction plus large du hard rock avec un certain goût pour les power ballad.
En 1974, Bad Company sorti son premier album, et Queen sorti son troisième album, Sheer Heart Attack, avec le morceau Stone Cold Crazy qui influença plus tard les premiers groupes de thrash metal (nés au début des années 1980) tel que Metallica et Megadeth3,4. Queen mixa le hard rock avec le glam rock, le heavy metal, le rock progressif, et même l’opéraKiss sortit ses trois premiers albums Kiss (1974), Hotter Than Hell (1974) et Dressed to Kill (1975), achevant leur percée commerciale avec le double album live Alive! (1975). Kiss sortira ensuite une série d’albums à succès : Destroyer (1976), Rock and Roll Over (1976),Love Gun (1977).

Dans le milieu des années 1970 Aerosmith sortit ses plus grands albums, Toys in the Attic et Rocks, qui allaient influencer des groupes aussi divers que MetallicaGuns N’ Roses, et Mötley Crüe5,6. En 1975, Vincent Furnier, alias Alice Cooper, entame sa carrière solo avec son album culte Welcome to My Nightmare, disque de hard rock jazzy très personnel souvent cité comme le plus représentatif de l’artiste7. Pendant ce temps, le groupe australien AC/DC, dont les trois premiers albums sont sortis en 1975 et 1976, devient célèbre en Australie et commence à se faire connaitre en Europe.

         

AC/DC en concert à Belfast en 1979

En 1976, Deep Purple se dissout après la mort de Tommy Bolin. Dans cette même année, le groupe Boston instaure les bases du Hard FM en sortant son premier album, qui est un véritable succès, avec le titre More Than a Feeling. Et, le groupe Heart ouvre le genre aux femmes avec la sortie de leur premier album. En 1977,AC/DC sortit Let There Be Rock, grand succès au Royaume-Uni et qui deviendra par la suite un classique du rock.

En 1976, Kiss sort Destroyer qui se vend à environ 2 millions d’exemplaires, rien qu’en précommande. L’année suivante, Kiss sort Love Gun, qui est un succès sans précédent et dont la chanson éponyme est aujourd’hui considérée comme un classique du groupe. En 1978, le batteur de The Who, Keith Moon, meurt d’une overdose dans son sommeil. Avec la montée du disco aux États-Unis et du punk rock au Royaume-Uni, le hard rock commence à perdre sa popularité. Le disco s’adresse à un public plus large, tandis que le punk attire le public rebelle que détenait le hard rock.

Van Halen fait son apparition et devient un groupe incontournable du hard rock avec leur premier album éponyme. Leur musique est basée essentiellement sur les compétences du guitariste Eddie Van Halen, qui introduit une nouvelle technique appelée le tapping. Cette technique, qui influencera tant d’autres, est utilisé dans la chanson Eruption. Le tapping a été utilisé par quelques guitaristes de l’époque dont Ace Frehley de Kiss, qui a participé aux débuts de la technique sur l’album Alive II (1978). La même année, est formé Great White à Los Angeles, moins hard rock que Van Halen ou AC/DC, le groupe se tourne vers un hard rock plus bluesy.

En 1979, Scorpions, qui a déjà sorti plusieurs albums, se sépare de son guitariste virtuose Ulrich Roth et engage Matthias Jabs au jeu moins baroque et plus moderne, genre Van Halen. Il en résulte l’album Lovedrive, pivot de la carrière du groupe, qui va le lancer sur la scène internationale et notamment aux États-Unis. A partir de cette date le succès de Scorpions va aller sans cesse en grandissant.

Au même moment, Kiss sort Dynasty, où se trouve la chanson I Was Made for Lovin’ You, souvent considérée comme du « hard-disco ». Cet album sera un hit planétaire qui se vendra à plus de 10 millions d’exemplaires seulement aux États-Unis.

La même année, les différences entre le hard rock et le heavy metal sont mises en évidence par le groupe australien AC/DC, qui vient de sortir l’un de ses plus grands albums, Highway to Hell, premier succès du groupe aux États-Unis. AC/DC est l’un des meilleurs exemples dans la difficulté de différencier hard rock et heavy metal. Leur musique étant tellement empreinte de blues, surtout dans leurs premiers albums, qu’il est difficile de les classer dans le heavy metal. Leur son hard rock deviendra toutefois de plus en plus dur à partir de Highway to Hell. L’année suivante, l’album Back in Black frise le heavy metal traditionnel. Les deux albums suivants, For Those About to Rock We Salute You (1981) et Flick of the Switch (1983), sont encore plus durs, plus heavy mais seul The Razors Edge, sorti en 1990, pourrait réellement être qualifié de heavy metal.

Deuxième ère (années 1980)

Def Leppard en concert à Dublin en 2009

Après la mort du batteur John Bonham, en 1980, Led Zeppelin se sépare. De même, durant la même année, le chanteur d’AC/DCBon Scott, perd la vie. Avec ces décès, la première vague des groupes de hard rock « classiques » prend fin. Certains groupes, tel que Queen, s’éloignèrent de leurs racines hard rock pour s’orienter vers le pop-rock. AC/DC recruta un nouveau chanteur, Brian Johnson, et sortit l’album Back in Black, qui connaitra un succès énorme. Back in Black est encore de nos jours le deuxième album le plus vendu au monde tous genre de musique confondus8Ozzy Osbourne, l’ancien chanteur de Black Sabbath, sortit son premier album solo, Blizzard of Ozz, avec la collaboration du guitariste américain Randy Rhoads.

En 1981, un groupe américain, Mötley Crüe, sortit Too Fast for Love, qui suscita un intérêt pour le style glam metal. Un an après, le style se propage, mené par des groupes tel que Twisted Sister et Quiet Riot. Pendant ce temps en Europe, Scorpions enregistre l’album Blackout qui sortira en 1982 et sera nommé « meilleur album de hard rock de l’année ». C’est cet album, mélange de hard rock mélodique et de guitares plus lourdes, qui va véritablement les placer sur le devant de la scène hard rock.

En 1983, Def Leppard, un groupe anglais, sortit l’album Pyromania, qui atteignit la seconde place des charts américains. Leur musique était un mix de glam rock et de heavy metal et a influencé beaucoup de groupes de glam rock et de hard rock des années 1980. La même année, Mötley Crüe sortit l’album Shout at the Devil, qui devint un énorme succès.

L’album de Van Halen1984, devint un énorme succès, percutant ainsi la seconde place du Billboard album charts. En particulier, la chanson Jump a atteint la première place du singles chart (où elle est restée pendant plusieurs semaines) et est considérée comme l’une des chansons rock les plus populaires jamais écrites. Cependant, 1984 était aussi le premier à inclure des constantes et répétitives utilisations de claviers et de synthétiseurs, marquant un éloignement de leurs origines basées sur le jeu de guitare.

Cette même année, Scorpions sort l’album qui va le placer au summum de son succès: Love at First Sting, qui contient la chanson qui deviendra un classique du hard rock et du heavy metal, Rock You Like a Hurricane. La ballade Still Loving You sera un succès planétaire, et peut être encore souvent entendue à la radio.

Le milieu des années 1980 voit l’apogée de groupes de hard rock plus ou moins glam, à caractère FM tels que Ratt ou Autograph, qui ne connaîtront néanmoins qu’un succès mitigé en Europe. En effet, la grande scène hard rock se déroule aux Etats-Unis, perçus comme une terre promise pour la majorité des grands groupes de rock britanniques ayant déjà profondément percé dans les charts.

Van Halen jouant la chanson Jump en 2007

La fin des années 1980 voit la période où le hard rock axé « FM » a le plus de succès commercial. De nombreux albums hard FM sont classées dans le top des charts. Un de ces hits était l’album Slippery When Wet (1986) de Bon Jovi, qui a occupé un total de 8 semaines au top du Billboard 200 et devint le premier album hard rock à frayer trois singles du Top 10, dont deux ayant atteint la première place. En plus, la chanson populaire The Final Countdown du groupe suèdois Europefut sortie en 1986.

Après une série d’albums expérimentaux fort peu médiatiques et une cure de désintoxication de l’alcool, Alice Cooper entame son retour sur le devant de la scène en 1986 et 1987, avec deux albums radicalement orientés hard rock (Constrictor et Raise Your Fist and Yell).

En 1987, les plus gros succès dans les charts étaient Appetite for Destruction des Guns N’ RosesHysteria de Def Leppard, et Girls, Girls, Girls de Mötley Crüe. Cette année est aussi marquée par le grand retour d’Aerosmith, avec l’album Permanent Vacation.

En 1988 et 1989, les succès les plus notables étaient New Jersey de Bon JoviPump d’Aerosmith, et Dr. Feelgood de Mötley CrüeNew Jersey engendra cinq singles classés dans le Top 10 des singles, mais le record de singles pour un album de hard rock est détenu par Hysteria (sorti en 1987) de Def Leppard, avec sept singles. En 1988, Skid Row sort son premier album l’année suivante. Il atteindra la sixième place dans le Billboard.

Troisième ère (depuis les années 1990)

Guns N’ Roses en concert en 2006

Le début des années 1990 fut dominé en premier lieu par les Guns N’ Roses et AC/DC. Le disque The Razors Edge de AC/DC en 1990, et les disques Use Your Illusion I et Use Your Illusion II des Guns N’ Roses en 1991 accentuèrent leur popularité, alors même que l’album d’Alice CooperTrash, sorti en 1989, rencontre un franc succès médiatique9 et qu’Aerosmith sortit en 1993 Get a Grip, leur disque le plus vendu suivi d’une très grande tournée à travers le monde. Crazy World est le dernier grand succès de Scorpions, propulsé par le succès du hit Wind of Change (numéro 1 dans onze pays). Mais cette popularité s’estompa, rendant la musique et les attitudes plus décadentes et auto-indulgentes.

En 1991, ce déclin fera éclater une nouvelle forme de rock dure dans la scène musicale : le grunge, un combiné de rock alternatifpunk hardcore et de heavy metal, utilise un son issu de guitares lourdes à distorsion, du fuzz et du feedback. Bien que la plupart des groupes grunge avaient un son qui contrastait nettement avec le hard rock (par exemple NirvanaMudhoney et L7), une minorité (par exemple Pearl JamMother Love BoneTemple of the Dog et Soundgarden) était très influencée par le rock et le metal des années 1970 et 1980. Cependant, tous les groupes grunge esquivaient le machisme et le style axé sur la mode du hard rock de l’époque.

Parmi les plus grands groupes de hard rock formés au début des années 2000, on peut compter les supergroupes Velvet Revolver et Audioslave. Audioslave était composé des instrumentistes du groupe de metal Rage Against the Machine et de l’ancien chanteur de Soundgarden, jusqu’à sa dissolution en 2007. Et Velvet Revolver était composé des ex-membres des Guns N’ Roses avec le chanteur de Stone Temple Pilots. Les années 2000 verront aussi les réunions de plusieurs groupe de hard rock s’étant dissouts auparavant comme Led Zeppelin, Stone Temple Pilots, Living Colour ainsi que les réunions d’anciennes formations de groupe de hard rock comme Van Halen et Black Sabbath.

Malgré tout, de nouveaux groupes sont apparus sur la scène entre 1990 et 2010, tel que le groupe australien Airbourne, considéré par certains comme les descendants d’AC/DC et ayant sorti son premier album en 2008. Avec des riffs accrocheurs, ils furent largement acclamés par la presse mondiale. Un peu plus loin dans le temps, on retrouve le groupe britannique The Darkness, controversé car considéré comme un groupe comique imitant les traits du glam metal et du hard rock : le groupe fut tout de même reconnu par certains comme digne successeur du mouvement hard rock, d’autant qu’il était capable de riffs très accrocheurs et heavy. Malheureusement, le groupe se sépara suite aux problèmes de drogues du leader Justin Hawkins. Le groupe Australien Wolfmother est lui aussi considéré unanimement comme un digne descendant des premiers groupes de Hard Rock tels que Deep Purple, Led Zeppelin (et Black Sabbath).

Aerosmith en concert à Washington en 2001

Quelques groupes de hard rock des années 1970 et 1980 ont réussi à maintenir le grand succès de leurs carrière dans toutes les années 1990 et 2000 en se ré-inventant constamment et en explorant différents styles musicaux, à savoir AerosmithBon Jovi, et AC/DC. Depuis Pump en 1989, Aerosmith a sorti deux albums n°1 multi-platines: Get a Grip en 1993 et Nine Lives en 1997. Get a Grip engendra quatre singles dans le Top 40 et devint l’album le mieux vendu du groupe dans le monde entier, passant aux ventes d’environs 20 millions de copies. En plus, Aerosmith sorti un album platine n°2, Just Push Play (2001), lequel a vu le groupe faire une incursion en outre dans la pop, et un album de reprises de blues, Honkin’ on Bobo, lequel reçu le n°5 en 2004.

En outre, depuis le début des années 1990, Aerosmith a atteint huit singles dans le Top 40 (incluant le hit n°1 « I Don’t Want to Miss a Thing » en 1998). Bon Jovi sorti cinq albums qui ont atteint le statut de platine ou mieux et aussi atteint huit singles dans le Top 40 depuis New Jersey en 1988. En outre avec leur vrai retour au hard rock avec des chansons comme Keep the Faith et It’s My Life, Bon Jovi atteignit le succès dans le genre « adulte contemporain », avec les ballades du Top 10 Bed of Roses (1993) et Always (1994) et également dans le country avec Who Says You Can’t Go Home, qui ont atteint le n°1 dans le Hot Country Singles chart en 2006 et l’album country/rock Lost Highway qui a atteint le n°1 en 2007. En 2009, Bon Jovi sorti un autre album n°1, The Circle. Depuis le multi-platine The Razors Edge en 1990, AC/DC sortit deux albums doubles platines #1, Ballbreaker (1995) et Black Ice (2008), ainsi que le disque de platine Stiff Upper Lip (2000). Tous ces groupes reçurent des Grammy Awards pour leur travail durant cette période de temps et tous ces groupes continuent à faire des tournées à succès.

Polémique autour du hard rock

Ses multidéfinitions

Le sens du terme « hard rock » prête souvent à controverses. Ainsi, il est considéré par certains comme un synonyme de ce que les Américano-Britanniques nomment heavy metal, par d’autres il ne représente qu’une petite partie de ce même heavy metal, pour d’autres, enfin, c’est un terme générique englobant toute forme de « musique hard » par opposition aux musiques « soft ». En France et en Europe continentaleplus généralement, le terme hard rock fut longtemps préféré au terme américano-britannique d’heavy metal.

Hard rock et heavy metal

Durant les années 1970, le hard rock inspire un nouveau genre de musique dit « heavy metal ». L’émergence de ce style provoque une confusion entre le hard rock et le heavy metal. Leurs distinctions sont habituellement subtiles, se réduisant souvent à l’image du groupe au lieu de leurs musiques. Beaucoup de groupes se partagent les deux genres comme Kiss et Mötley Crüe, tandis que s’autres comme AC/DC etAerosmith restent fidèles au hard rock.

La distinction hard rock et heavy metal est aussi apparue depuis le milieu des années 1980. En effet, le terme heavy metal est redéfini par Lester Bangs, critique du magazine Creem10. Toutefois, cette distinction prête à controverses car elle apparaît mal définie ; Lester Bangs décède peu après sa « définition » et n’a pas le temps de la défendre et de l’affiner.

Ainsi, selon Bangs,

  • le hard rock se définit avant tout comme une période : 19681976 ;
  • le heavy metal se définit par un certain nombre d’attributs (look cuir, clous et badges) et les thèmes des chansons ayant pour thème horreur et science-fiction.

Toutefois, il existe quelques rares exceptions à cette règle chronologique avec des groupes comme Guns N’ Roses, groupe connu fin des années 1980 et rangé dans la catégorie « Hard rock ». Le heavy metal naît au milieu des années 1970 avec des groupes comme Blue Öyster Cult et Black Sabbath. Ceci est tout à fait théorique car Black Sabbath débute sa carrière « metal » dès le début des années 1970… Bangs classe un groupe comme Scorpions en « heavy metal », alors que ces derniers ne possèdent aucun des attributs décrits par le journaliste de Creem (entre autres, Scorpions préférait clairement les foulards aux clous). De ce fait, et comme le précisent très justement Jean-Marie Leduc et Jean-Noël Ogouz : « La distinction entre hard rock et heavy metal n’est plus aujourd’hui évidente .»11

L’Encyclopedia of Rock & Roll de Rolling Stone ne fait pas de distinction entre hard rock et heavy metal. Seul le terme heavy metal est défini et il englobe toute la composante hard rock et heavy metal en faisant référence à la chanson de SteppenwolfBorn to Be Wild (1968) : « heavy metal thunder ». L’encyclopédie de Rolling Stone évoque toutefois les théories de Lester Bangs (qui fut également journaliste chez Rolling Stone), sans en tenir compte. Précisons également que l’expression heavy metal a été déposée par le magazine américain National Lampoon.

En France, le grand public ne connaissait jusque dans les années 1990 que le terme hard rock, le terme heavy metal n’était utilisé que par les « connaisseurs ». Depuis, c’est plutôt le terme « metal » (tout court) qui s’est imposé.

En général, le hard rock s’inspire directement du blues et utilise des gammes pentatoniques mineures alors que le heavy metal s’oriente davantage vers des rythmiques lourdes et puissantes qui l’éloignent dushuffle. Certains groupes comme Judas Priest se sont radicalisés avec le temps et sont passés d’un genre à l’autre.

Voici un tableau schématique qui décrit clairement les différences entre le hard rock et le heavy metal, avec 10 groupes chacun en exemples.

Hard rock Heavy metal
Agressivité Puissance
Eléments blues Riffs lourds
Guitare à forte distorsion Guitare ultra saturée
Groupes de hard rock Groupes de heavy metal
AC/DC – Aerosmith – Alice Cooper – Deep Purple – Def Leppard – Guns N’ Roses – Kiss – Led Zeppelin – Queen –Rainbow – Scorpions – Van Halen Black Sabbath – Iron Maiden – Judas Priest – Metallica – Megadeth – Mötley Crüe – Motörhead –Ozzy Osbourne – Pantera – Slayer

Groupes de hard rock

Voici une liste des groupes de hard rock les plus célèbres.

Pour consulter la liste complète voir la catégorie des groupes de hard rock.

Groupe années actives nb. d’albums label
AC/DC 1973 – présent 21 (dont 2 albums live) Epic Records
Aerosmith 1970 – présent 20 (dont 6 albums live) Geffen Records
Alice Cooper 1963 – présent 25 Warner BrosEpic Records,…
Bon Jovi 1984 – présent 16 Island Records
Deep Purple 1968 – présent 18
Def Leppard 1977 – présent 11 UniversalPolygram,…
Guns N’ Roses 1985 – présent 8 Geffen Records
Kiss 1972 – présent 25 (dont 6 albums live) Mercury Records
Led Zeppelin 1968 – 1980 12 (dont 3 albums live) Swan Song
Mötley Crüe 1981 – présent 9 Elektra Records
Queen 1970 – 2009 16 Island Records
Rainbow 1975 – 1997 9
Scorpions 1965 – 2012 22 (dont 5 albums live) »
Skid Row 1988 – présent 5 Atlantic
Thin Lizzy 1969 – présent
Trust 1977 – présent
Van Halen 1974 – présent 11 Warner Bros. Records
Whitesnake 1977 – présent 12 Geffen Records

 

Doom Metal

Publié: 10 juillet 2011 dans Doom Metal

Le doom metal est un sous-genre du heavy metal qui émergea au milieu des années 1980. Originalement caractérisé principalement par des tempos lents, tout du moins par rapport aux autres sous-genres du metal, le doom metal s’est diversifié lors des années 1990 et 2000 et comprend à présent plusieurs sous-genres distincts aux caractéristiques plus précises.

Sommaire

Caractéristiques

Comme beaucoup des autres sous-genres du heavy metal, le doom metal comprend une instrumentation basée principalement sur la voix, la guitare, la basse et la batterie. Malgré cela, de nombreux groupes de doom des années 1990 et 2000 font usage des claviers, tandis que de nombreux groupes de drone doom n’utilisent pas de batterie. Parmi les caractéristiques du doom metal sont des tempos lents, des notesgraves, et des riffs puissants et lourds1. Les techniques vocales utilisées dans le doom metal sont généralement ce que les fans de metal appellent « voix claires » (en contraste aux grunts), à l’exception notoire de plusieurs sous-genres dont le death/doom, où les grunts du death metal sont utilisées, ou encore le sludge doom, où ce sont les techniques vocales du punk hardcore qui sont d’usage1.

D’après Gary Griffith du groupe de doom/death californien Morgion, le doom metal se distingue également dans ses choix de thèmes. D’après lui, une des différences principales entre le doom metal et les autres sous-genres du heavy metal est son aversion des thèmes du gore ou de l’horreur, et sa tendance à adresser des thèmes plus émotionnels2.

Histoire

Débuts du mouvement

Black Sabbath eut une influence considérable sur les groupes pionniers de doom metal1.

Les racines du doom metal se situent dans le heavy metal traditionnel des années 1970. De nombreux chroniqueurs identifient Black Sabbath comme l’influence principale des premiers groupes de doom metal, plus particulièrement leurs premiers albums3,4. D’autres groupes ayant eu une influence sur les groupes pionniers du mouvement sont PentagramBlue Cheer, et Iron Butterfly5. Influencés par ces groupes et leurs tempos plus lents, des groupes de la décennie suivante, tels que Trouble et Saint Vitus, deviennent plus populaires dans l’underground avec un style de metal plus lent, contrastant les tempos plus rapides des groupes de glam metal et de speed metalqui grandissent en popularité5,6. C’est en 1986 que le groupe suédois Candlemass sort son premier album, Epicus Doomicus Metallicus7. Cet album est considéré comme un des piliers du genre, et lui donne notamment son nom8. Un autre groupe fondateur du mouvement musical est Cathedral, fondé par Lee Dorrian suite à sa rupture avec Napalm Death9. Contrairement au grindcore rapide de Napalm Death, Cathedral joue du metal lent et sombre4. Le label discographique allemand Hellhound Records, actif entre la fin des années 1980 jusqu’au milieu des années 1990, est d’une importance particulière dans le développement du doom metal en tant que genre musical5. Plusieurs groupes de doom metal de l’époque ont des contrats avec le label, dont The Obsessed et Saint Vitus6.

Diversification

Au milieu des années 1980, plusieurs groupes musicaux commencent à fusionner la lenteur du doom metal avec le style vocal et la musicalité du thrash metal, puis éventuellement le mouvement death metal naissant10. Les trois groupes pionniers de ce mouvement, baptisé death/doom, sont les trois groupes britanniques Paradise LostMy Dying Bride, et Anathema5. Ces trois groupes, qui partagent à l’époque le même label discographique, Peaceville Records, sont souvent collectivement surnommés les Big Three of Death/Doom, signifiant « les Trois Grands du Death/Doom5,11. »

Au fil des années 1990, le doom metal se popularise au sein des scènes heavy metal, et de nombreux groupes de doom metal apparaissent autour du monde. Cette popularisation du genre implique une diversification des sous-genres développés par les groupes, désormais de plus en plus nombreux. Parmi ces sous-genres sont le drone doom, avec son usage du bourdon, le stoner doom, avec ses influences dustoner rock, et le funeral doom, avec ses tempos minimaux12. Ces sous-genres et leurs développements sont décrits dans la section sous-genres de cet article.

De nos jours, le style de doom metal original sans grunts est généralement appelé « doom traditionnel5. »

Sous-genres

Au fil de son développement, le mouvement doom metal a donné naissance à plusieurs sous-genres, dont le drone doom, l’epic doom, le sludge doom, et le stoner doom12.

Avantgarde doom

L’avantgarde doom est un sous-genre qui rassemble des groupes de doom metal aux styles indéfinissables, atypiques et expérimentaux, avec des petites touches artistiques. Quelques exemples sont Esoteric etUnholy. L’avantgarde doom peut aussi inclure des groupes d’avant-garde metal qui ne sont pas doom metal au sens strict du terme, mais qui ont des connexions et/ou des influences depuis/vers le doom metal. Ces groupes peuvent aussi être classé en tant que sludge atmosphérique ou sludge mélodique. Mais la plupart des groupes de ce sous-genre ont évolué vers ce qui est décrit comme du post-metal, qui est largement influencé par le son de l’avantgarde doom et du sludge doom.

Black/doom

Le black/doom est une combinaison des éléments du black metal et du doom metal. Comme dans le funeral doom, les thèmes tournent souvent autour de la nature, de la mélancolie, de la tristesse ou encore de la dépression. La musique est caractérisé par l’utilisation de cris propres au black metal, des riffs de black metal ou de doom metal soumis à une distorsion ainsi que des riffs de guitare clean. Des exemples de groupes généralement associés à ce sous-genre sont DolorianLove Lies BleedingBeatrikDark InfernaNorttForgotten Tomb et Cantar. D’autres groupes de black metal expérimental comme Agalloch sont arrivés à un style similaire. Apparemment, ce sous-genre du doom metal s’est développé à la fin des années 1990.

Death/doom

Le death/doom (ou « doom-death ») est un mélange des éléments du death metal, en particulier le grunt associé avec le genre, et de la lenteur du doom metal. Beaucoup considèrent Cathedral comme le pionnier du sous-genre avec son album Forest of Equilibrium. Cela dit, comme indiqué plus haut dans l’article, Winter, un an auparavant, avait aussi mixé death metal et doom. Généralement, les trois groupes reconnus pour avoir fait évoluer le sous-genre sont My Dying BrideParadise Lost, et Anathema (sur leurs deux premiers albums, Serenades et The Silent Enigma) sans oublier d’autres précurseurs comme disEMBOWELMENT,ParamaeciumMorgionThorr’s HammerKatatonia,… Il faut néanmoins distinguer metal gothique et death/doom, bien que les précurseurs de ces deux mouvements aient été les mêmes.

Drone doom

Article connexe : Drone (musique).

Le drone doom est un sous-genre du doom metal nommé d’après la technique musicale du bourdon (drone en anglais). Aussi connu sous le nom de drone metal, le drone doom est un genre encore plus minimaliste et inaccessible que le funeral doom. Généralement influencée par la musique bruitiste et la musique ambiante, la musique du drone doom n’est souvent composée que de guitares et de basses gravessoumises à distorsion, généralement avec beaucoup de reverbe appliquée au mixage final. Les thèmes clairs (mélodiques) sont rares dans ce style. Les morceaux de drone doom sont généralement longs : leur durée moyenne est généralement entre dix minutes et une demi heure. Certains CD de drone doom ne comptent qu’une seule piste. Un exemple est Sun Baked Snow Cave, un album de Boris et Merzbow, d’une durée totale de 62 minutes. Le chant et la batterie sont souvent absents, et la musique manque souvent de rythme au sens traditionnel. Comme dans le funeral doom, le drone doom met généralement l’accent sur le désespoir et le vide, bien que des thèmes cryptiques et apocalyptiques sont aussi fréquents. La création du drone doom en tant que sous-genre est souvent attribuée à Stephen O’Malley, l’innovateur du genre très influencé par Earth, qui a participé avec beaucoup d’actes du même genre, y compris Burning WitchKhanate et Sunn O)))Sunn O))) et leur prédécesseur Earth peuvent être considérés comme les deux groupes les plus influents du style.

Exemples de groupes de Drone

Doom épique

Le doom épique est comparable au doom traditionnel, avec de plus fortes influences médiévales et/ou fantastiques dans les paroles. Celles-ci sont chantées d’une manière beaucoup plus narrative, épique, et parfois même théâtrale. Le doom épique est inspiré principalement du metal traditionnel comme Manowar et Iron Maiden, ainsi que par Black Sabbath. Les groupes les plus influents jouant de ce style sontCandlemass et Solitude Aeturnus. Un certain nombre de groupes qui ont adopté ce style venaient de la région du West Yorkshire, en Angleterre, vers la fin des années 1990.

Funeral doom

Le funeral doom est un style qui pousse la lenteur du doom metal à l’extrême et met l’accent sur une atmosphère de désespoir et de vide. Ce style peut être vu comme un départ du death/doom, ralentissant la musique encore plus, et incorporant fréquemment des influences de la musique ambiante, en créant un son qui est distordu et apeurant, mais souvent aussi rêveur. Les paroles sont généralement growlées, beaucoup plus effacées par les instruments que dans les autres styles et plutôt utilisées comme une texture additionnelle. Ce style fut d’abord fondé par Thergothon, puis plus tard repris par Skepticism et Funeral. Des exemples modernes sont EvokenMonolitheMournful CongregationShape of DespairWorship, ou encore Tyranny.

Sludge doom

Article détaillé : Sludge metal.

Combinant les riffs lents et le pessimisme du doom metal avec l’approche directe et les cris du hardcore, le sludge doom est aux frontières du doom metal et du punk. Bien que les premiers groupes de sludge eussent plus l’apparence de groupes de stoner rock, ils n’avaient pas le regard positif sur la vie des musicien du stoner rock. Ils chantaient des textes typiquement centrés sur la misère, la haine et le nihilisme. Des exemples de groupes sont EyehategodCorruptedGriefBuzzov.enSoilent GreenCavityAcid BathIron Monkey et Crowbar. Ces thèmes lyriques sont spécifiques au « sludgecore » et n’ont généralement rien à voir avec ceux utilisé dans les autres genres de doom metal.

Stoner doom

Le stoner doom est un style musical hybride entre le doom traditionnel et le stoner rock. Parmi les groupes caractéristiques du genre on peut citer CathedralSleepKyussElectric WizardAcid KingHigh on FireAcrimonySons Of OtisUfomammutOm et YOB.

Doom traditionnel

Le doom ‘traditionnel’ est le doom metal dans sa forme la plus pure. C’est un metal lent, basé sur des riffs fortement influencés par Black Sabbath ainsi que le NWOBHM. Quatre vagues ont été jusque là reconnues dans l’histoire du doom traditionnel. La première commença avec les originateurs du genre, les groupes proto-doom Black Sabbath et Pentagram. La seconde vague était au milieu des années 1980 surtout dans les travaux de Saint VitusTroubleWitchfinder GeneralPagan AltarThe Obsessed et Candlemass. La troisième vague commença avec le succès du premier album de CathedralForest of Equilibrium. Citons aussi Count Raven et toute la vague des groupes du Maryland: Spirit CaravanIron ManUnorthodoxRevelationWretchedInternal Void,… La dernière vague fut la plus récente et est souvent associée aux groupes tels que Reverend BizarreWarningThe Lamp Of ThothThe Gates Of Slumber,…

Rock ‘n’ roll

Publié: 9 juillet 2011 dans Rock 'n' roll

Le rock ‘n’ roll (également écrit rock & roll ou rock and roll) est un genre de la musique populaire américaine qui est né aux États-Unis pendant les années 1940 et début 1950. Il est essentiellement issu du blues et de la musique country, et dans une moindre mesure de la musique folk et du gospel. Il permet dans les années 1950, avec des musiques simples et des paroles légères, de faire oublier la crise des années 1930 et la fin de la guerre.

New Wave

Publié: 9 juillet 2011 dans New wave

La new wave (littéralement « nouvelle vague ») désigne un genre musical apparu à la fin des années 1970 avec l’ouverture musicale engendrée par le punk rock et plus généralement le mouvement punk.

Il tire son nom de la Nouvelle Vague du cinéma français des années 19501.

Groove Metal

Publié: 9 juillet 2011 dans Groove Metal

Le groove metal, aussi connu sous les termes neo-thrashhalf-thrash ou post-thrash, est un sous-genre du metal qui a émergé à partir du thrash metal au début des années 1990. Le groove metal est caractérisé par des rythmiques souvent syncopées et avec de nombreuses variations, mises en avant par rapport à la mélodie, et provoquant l’effet de groove.

Glam Rock

Publié: 9 juillet 2011 dans Glam rock

Le glam rock (de glamorous, « éblouissant »), aussi appelé glitter rock (« scintillement »), est un genre de rock qui s’est développé au Royaume-Uni dans les années 19711975, et s’est étendu jusqu’aux années 1980. Par certains aspects, il est précurseur du mouvement punk, qui est apparu en 1977.

À l’origine, le glam rock est considéré comme un mouvement purement britannique, avec pour principaux représentants T. RexDavid Bowie et Roxy Music. Mais certains musiciens américains comme les New York Dolls et Lou Reed ont aussi fait une incursion dans ce style.

Surf Rock

Publié: 9 juillet 2011 dans Surf Rock

La surf music désigne un genre musical apparu en Californie à la fin des années 1950 qui prend son envol dès 1961 et qui connaîtra une certaine popularité jusqu’en 1964. Intimement lié au surf et à sa culture alors florissante dans les environs de Los Angeles, il se caractérise par des chansons courtes, concentrées et rapides aux mélodies simples et enjouées, sur des rythmes voisins du rock’n’roll dont il est un dérivé.

Nu-Metal

Publié: 9 juillet 2011 dans Nu-Metal

Le Nu Metal ou Neo Metal est un genre de Metal mêlant essentiellement des éléments en provenance du Rock Alternatif et du Heavy Metal, mais aussi selon certains groupes des éléments Hip-Hop et Funk.

Country Rock

Publié: 9 juillet 2011 dans Country

La country rock est un genre musical hybride combinant la country et le rock’n’roll.

La country rock est principalement de deux types : celle jouée par des musiciens rock et celle jouée par des musiciens country, aussi appelé outlaw music. Les artistes les plus importants de ce mouvement sont Neil Young et les Eagles.