Rock ‘n’ Roll


Le rock ‘n’ roll (également écrit rock & roll ou rock and roll) est un genre de la musique populaire américaine qui est né aux États-Unis pendant les années 1940 et début 1950. Il est essentiellement issu du blues et de la musique country, et dans une moindre mesure de la musique folk et du gospel. Il permet dans les années 1950, avec des musiques simples et des paroles légères, de faire oublier la crise des années 1930 et la fin de la guerre.

Sommaire

Histoire

La naissance américaine du rock’n’roll

Le rock ‘n’ roll est d’abord inspiré du rhythm and blues, le rythme ternaire de celui-ci étant remplacé par un rythme binaire et un tempo plus soutenu. Il faut distinguer rhythm and blues et rock ‘n’ roll, même si la tâche paraît délicate de la fin des années 1940 à 1954. Le rock ’n’ roll est un style musical inventé par des chanteurs noirs et joué par les musiciens blancs, simple, facile à danser et excitant, ce nouveau style était idéal pour les night-clubs.

L’étiquette rock ‘n’ roll a, dans un premier temps, été utilisée pour distinguer le rhythm and blues des Afro-Américains de celui des Blancs et ce pour des raisons liées à la politique raciale de l’époque. Il était inadmissible que des artistes blancs se retrouvent dans les mêmes bacs chez les disquaires que les Noirs. La communauté blanche, qui ne fréquentait pas les night-clubs noirs, rejetait ce style musical considéré comme barbare.

En 1951, le disc jockey Alan Freed anime une émission de radio appelée Moondog’s Rock And Roll Party. C’est la première diffusion du rock ‘n’ roll à une large audience. C’est lui qui donne son nom au rock ‘n’ roll en reprenant une expression que l’on retrouve depuis les années 1940 dans certaines chansons de rhythm and blues et qui signifie en argot« danser » ou « faire l’amour »1. Alan Freed est le premier disc-jockey blanc à soutenir avec force des artistes noirs jouant la « musique du diable ». La bonne société américaine en fera son « ennemi numéro 1 » et aura d’ailleurs sa peau en 1956.

Le terme « rockabilly » désigne la première forme historiquement identifiable de rock ‘n’ roll, il s’agit essentiellement d’un croisement de rhythm and blues et de musique country.Elvis Presley et Bill Haley sont deux précurseurs chez les chanteurs blancs. Elvis Presley, surnommé The King (« Le Roi » du rock ‘n’ roll), enregistre ce qui est probablement l’un des tout premiers morceaux de rockabilly avec That’s All Right (Mama) et collectionnera très rapidement les succès. Fats DominoLittle Richard et Chuck Berry musiciens noirs, sont alors les principaux piliers hyper-créatifs du rock ‘n’ roll , mais c’est Bill Haley and His Comets qui signent officiellement le premier tube du rock ‘n’ roll avec le titreRock Around the Clock (reprise de Sonny Dae and His Knights, 1952), d’un style très simplifié et facilement assimilable pour la communauté blanche. Ce premier tube de l’histoire du rock ‘n’ roll qui figure au générique du film Graine de violence est numéro 1 des hit-parades aux États-Unis (8 semaines) et au Royaume-Uni (3 semaines) en 1955.Buddy HollyJerry Lee LewisEddie Cochran et Gene Vincent s’engouffrent dans la brèche. Les musiciens noirs restent très actifs grâce à Chuck Berry et Bo Diddley tout particulièrement. N’oublions pas Little Richard, qui sur son premier 45 tours signe quatre des plus grands standards de rock : Tutti FruttiLong Tall SallyRip It Up et Ready Teddy. Ces artistes afro-américains influenceront définitivement l’univers du rock ‘n’ roll par leurs compositions mais aussi par leurs jeux de scènes révolutionnaires. Chuck Berry aura marqué le rock avec son titreJohnny B. Goode. Titre repris par plusieurs générations de rockers, d’Elvis Presley à ACDC, en passant par The Beatles. Son jeu de scène et ses pas de danses seront repris également par ses successeurs, comme par exemple, Elvis Presley ou Angus Young. Les Rolling Stones s’inspireront largement de son style.

Le rock ‘n’ roll provoque un mouvement de rejet de la bonne société américaine qui croit avoir triomphé de ce mouvement en 1959. On annonce alors la mort du rock ‘n’ roll et il est vrai qu’aux États-Unis, le mouvement semble s’essouffler. Les chanteurs sont désormais très consensuels et Elvis Presley est institutionnalisé, cantonné aux ballades. Le rock ‘n’ roll continue cependant de se développer sous des formes plus locales et confidentielles comme la surf music de la côte ouest ou le garage au nord.

Vers la fin des années 1950, et le début des années 1960, on entend de plus en plus de titres de rock ‘n’ roll plus « sages », plus « doux » et qui vont engendrer la musique pop : The Everly Brothers : All I Have To Do Is Dream en 1958, le rock ‘n’ roll, Johnny Burnette : Dreamin et You’re Sixteen en 1960 (composée par les Frères Sherman), Del Shannon : Runaway en 1961, Brian Hyland : Sealed With A Kiss en 1962, ou encore Lee Dorsey avec Ya ya en 1962.

Le « pur » rock ‘n’ roll et rockabilly tend à disparaître, hormis quelques rares titres comme par exemple Roy Orbison avec (Oh!) Pretty Woman en 1964 et Sam the Sham & the Pharaohs avec Wooly Bully en 1965..

Les Beatles sur le tarmac de l’aéroport JFK de New York, le 7 février 1964.

La réplique ne vient pas des États-Unis mais du Royaume-Uni. Les premiers émules d’Elvis Presley apparaissent comme Cliff Richard et de petites formations se multiplient pour les imiter. L’influence américaine de Chuck Berry est profonde. Au passage cependant, le rock ‘n’ roll s’acclimate et The Shadows, qui accompagnent Cliff Richard, initient l’archétype de la formation rock telle qu’elle sera reprise aussi bien en Europe que de l’autre côté de l’Atlantique : la contrebasse disparaît au profit de laguitare basse, deux guitaristes se répartissent les tâches de la rythmique pour le premier et des « chorus » pour le second. Les groupes britanniques s’éloignent ainsi rapidement de leur modèle américain pour créer une musique originale que les francophones appellent « rock anglais ». The Beatles accentuent le travail sur la mélodie et les harmonies vocales et donnent naissance à la musique pop tandis que le mouvement du « british blues boom » retourne aux racines blues, privilégiant des rythmessyncopés et des sonorités plus agressives. The Rolling Stones émergent comme le fer de lance de ce rock britannique. Des branches parallèles se multiplient alors : desgroupes tels que The WhoThe TroggsThe Small Faces et The Kinks développent le mouvement mod, tandis que The Animals ou The Yardbirds créent un blues rockbritannique. La richesse de la création britannique est florissante et impose définitivement au niveau mondial un genre musical qui devient emblématique de la seconde moitié du xxe siècle. Le rock se ramifie alors presque à l’infini en explorant des niches apparemment improbables. Le jazz-rock fusion naît de cette recherche entamée dès les années 1960.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s